Aller au contenu
Retour à la page précédente

Syndic de copropriété

Le syndic de copropriété gère les parties communes (escaliers, ascenseurs, halls...) d'un immeuble pour le compte des copropriétaires. Un métier qui requiert des compétences financières, techniques et juridiques.

Mandaté par les copropriétaires, le syndic administre les parties communes des immeubles : budget prévisionnel, devis pour les travaux, comptes de la copropriété. Chargé d'organiser les assemblées générales des copropriétaires, il exécute les décisions prises et supervise l'avancée des travaux engagés. Son activité de gestion nécessite des compétences techniques, juridiques et financières. Si la fonction est ouverte à différents profils, un diplôme de niveau bac + 2 dans le secteur de l'immobilier est néanmoins conseillé.


Nature du travail

S'occuper des lieux communs

Le syndic est mandaté par les copropriétaires. Responsable de la gestion des parties communes d'un immeuble (ascenseurs, halls d'entrée, cages d'escalier...), il veille au bon état des équipements collectifs et à l'entretien du bâtiment. En cas d'urgence (fuite d'eau, de gaz ou autre sinistre), il fait réaliser les travaux nécessaires.

Assurer la comptabilité

Ce gestionnaire tient la comptabilité générale de l'immeuble, répartit les charges entre les différents propriétaires, règle les factures aux entreprises prestataires et perçoit les provisions de charges. Il recrute et paye le personnel d'entretien (gardien, femme de ménage...).

Faire respecter le règlement

Une fois par an, le syndic organise l'assemblée générale des copropriétaires (pour voter le budget prévisionnel, les travaux à engager, le choix des devis...) et exécute les décisions prises à cette occasion.

Légalement, le syndic est chargé de faire respecter le règlement de copropriété. Il peut engager une procédure judiciaire si un copropriétaire ne paye plus ses charges, par exemple.

Compétences requises

Rigoureux et diplomate

Administrer un immeuble demande des compétences financières, juridiques, fiscales et techniques. Mais ces dernières ne sont pas suffisantes. Des qualités humaines et relationnelles, ainsi qu'une grande rigueur se révèlent tout aussi indispensables.

Fin négociateur

Un syndic doit être capable d'instaurer une relation de confiance avec les copropriétaires. À lui de démontrer son implication et son sens des responsabilités. Au-delà de sa capacité à informer et à communiquer, il doit posséder des aptitudes à la négociation, voire à l'arbitrage. Par exemple, lors des réunions de copropriété, il peut régler des litiges et proposer des solutions en cas de désaccord entre différents intervenants.

Lieux d'exercice et statuts

Intégrer le marché du travail

Débuter comme assistant

Le métier de syndic est ouvert aux jeunes diplômés qui commencent par assister un responsable de copropriété, avant d'assurer, avec de l'expérience, la gestion complète d'un ou de plusieurs immeubles.

Diriger sa propre affaire

Les emplois se situent aussi bien dans les petits cabinets que les grandes sociétés de gestion immobilière (employant plusieurs centaines de personnes).

Après quelques années d'expérience, il est possible d'évoluer vers l'encadrement d'une équipe de syndics. Les plus motivés peuvent même reprendre ou créer une agence de syndic ou d'administration de biens.

Double activité

Presque tous les syndics sont également administrateurs de biens. Ils gèrent alors des immeubles ou des surfaces de bureaux pour le compte d'un propriétaire ou d'une entreprise. Très souvent, ils s'occupent en parallèle de vendre ou de louer des logements.

Salaire du débutant

De 1500 à 2300 euros brut par mois.

Accès au métier

Si la profession reste ouverte à différents profils, il est souhaitable de posséder au moins un diplôme de niveau bac + 2. Des écoles spécialisées proposent aussi des formations pour devenir syndic : l'Institut d'études économiques et juridiques appliquées à la construction et à l'habitation (ICH), l'Institut national supérieur de l'immobilier (INSIM), l'École supérieure des professions immobilières (ESPI)...

Niveau bac + 2
  • BTS professions immobilières ;
Niveau bac + 3
  • Licences pro droit et science politique activités juridiques, spécialité gestion et droit immobiliers ; sciences humaines et sociales activités juridiques, spécialité management et droit des affaires immobilières ; droit administration management des organisations, spécialités gestionnaire de l'habitat locatif et de l'habitat social ; métier de gestion et d'administration dans l'immobilier...
Niveau bac + 5 et plus
  • Masterpro droit de l'immobilier ;
  • Mastères spécialisés maîtrise d'ouvrage et gestion immobilière ; management du patrimoine et de l'immobilier.

Ressources utiles

CEFLU - Centre d'études et de formation du logement et de l'urbanisme

CNAB - Confédération nationale des administrateurs de biens
www.cnab.fr

FNAIM - Fédération nationale de l'immobilier
www.fnaim.fr

SNPI - Syndicat national des professionnels immobiliers
www.snpi.fr